Les dix règles d’or pour downloader

Les dix règles d’or pour downloader
3 (60.37%) 328 votes

Pour une partie des internautes, le téléchargement est devenu une pratique courante, voire quotidienne. Il implique pourtant un nombre certain de risques, à différents niveaux. Et, si les plateformes de téléchargement, en lien direct comme via Torrent, semblent des moyens d’accès faciles à la culture, elles n’en restent pas moins traçables. De plus, et vous le savez tous très bien, chaque action que vous effectuez sur la toile est marquée, enregistrée et laisse une preuve de votre présence. Afin d’éviter les désagréments, voici les 10 commandements du bon downloader.

Choisir un pseudo

Les dix règles d’or pour downloader
Si vous êtes un vrai downloader, vous savez dénicher les sites et autres blogs les plus improbables pour parvenir à vos fins. Passer plusieurs heures sur la toile à trouver la perle rare en parcourant les forums n’est pas du genre à vous effrayer. Alors pensez au pseudo. Intégrez le réseau mais n’y laissez pas votre identité. Petit à petit, votre réputation se fera autour de votre pseudo. Mais vous, personne ne saura qui vous êtes. L’anonymat est le premier des moyens de protection sur le net.

Se limiter à l’essentiel

Surtout, que votre fièvre du téléchargement ne vous emporte pas dans des heures incessantes de depuis la toile. N’oubliez pas que le téléchargement exprime avant tout une idée de transfert de données depuis une source vers une autre. Donc, avant de vous laisser emporter, commencez par vérifier qu’une de vos connaissances ne dispose pas déjà de ce que vous recherchez. Cela vous évitera à la fois de nombreuses manipulations et des risques inutiles. Les disques durs externes et autres clés USB sont aussi là pour ça.

Etre un fantôme

Les dix règles d’or pour downloader
A chaque page que vous consultez sur internet, vous laisser une trace, une preuve de votre passage. Pour commencer, vous devez donc faire en sorte d’en laisser le moins possible. Et la première chose à faire, c’est d’éliminer Google. A minima, préférez Firefox, surtout si vous le configurez comme il doit l’être. Mais le meilleur navigateur qui vous garanti la non traçabilité, c’est le Tor Browser. Inutile de rappeler la configuration en couche d’oignon du navigateur fantôme. N’hésitez pas à sortir du fantasme inspiré par quelques articles ça et là. Posséder Tor Browser ne fait pas de vous un criminel, pas plus qu’un pirate. Vous protéger simplement votre intimité des voyeurs… Et vous pouvez tout à fait avoir plusieurs navigateurs sur un même PC, selon vos besoins.

Cacher son adresse

Les dix règles d’or pour downloader
Lorsque vous vous baladez dans les rues de votre ville, même lorsqu’il s’agit de sortir pour faire quelques achats, vous n’affichez pas votre adresse postale en grand sur le dos de votre veste… Et bien quand vous surfez, c’est pareil ; planquez votre adresse IP. Un navigateur comme Tor vous fera cela très bien, tant que vous ne téléchargez pas. Si vous faites partir un download, votre IP est de nouveau visible. Par contre, si vous utilisez un VPN, vous resterez camouflés même pendant de longues heures de chargement. CyberGhost Premium est en vente autour de 50 $ pour une année, avec des réductions qui atteignent parfois plus de 50 %. Ce léger investissement peut s’avérer être des plus justes dans une quête d’anonymat sur le net.

Se protéger des intrusions

Les dix règles d’or pour downloader
Et quelles sont-elles ces intrusions ?
Les dix règles d’or pour downloader
Les Virus, bien sûr, mais également spyware, adwares et autres pollueurs d’espaces, ralentisseurs de performances et capteurs de données personnelles. Avant de se brancher au réseau, il faut s’assure de la bonne protection de sa machine. Rester anonyme, ça commence par là. D’autant que si vous comptiez télécharger sans aucune protection, vous vous exposeriez à de grands risques. Dans le monde cruel d’internet, un PC sans protection antivirus a une espérance de vie de 5 minutes. Je vous laisse réfléchir à l’importance de la chose. Mais vous n’êtes pas forcés pour autant d’aller chercher des logiciels antivirus classés 5 étoiles au crash test de la NSA. Avast ou AVG font parfaitement l’affaire.

Surveiller sa machine

Les dix règles d’or pour downloader
Même lorsque vous pensez être totalement invisible, il reste des espions qui envoient des informations depuis votre ordinateur. Toutes les applications et tous les programmes de Windows sont en permanence reliés à internet. Et c’est le cas d’un grand nombre de logiciels de partage, à commencer par Dropbox. Pour le savoir, rien de plus simple. Entrez le « Resmon » dans la barre de recherche Windows. Un gestionnaire s’affiche. Cliquez sur l’onglet réseau. Là, s’affichent tous les services en cours qui émettent et reçoivent des données depuis internet. A vous de voir lesquels vous décidez de couper…

Virtualiser

Mais le problème numéro 1 du grand downloader, c’est l’infection provenant d’un fichier téléchargé. Télécharger frénétiquement entraîne donc un déficit secondaire. En plus de se poser la question légitime suivante :

  • où stocker ses films, ses documentaires, sa musique et tous les documents rapatriés sur son PC
  • le downloader doit également prêter attention au contenu réel des fichiers chargés. Dans le lot, il existe un risque non négligeable pour qu’un fichier corrompu ou infesté vienne poser un problème sur votre PC. Pensez donc à virtualiser. Créez un second système d’exploitation sur votre PC, en secondaire du premier, et stockez là vos fichiers chargés. Ainsi, votre OS principal sera protégé. Pour info, le logiciel Virtual Box vous permet cela.

Surveiller ses torrents

Dans le même ordre d’idées, il serait bon que vous jetiez un œil au contenu de vos fichiers torrent. Au moindre doute à la consultation des fichiers et dossiers, décochez la case correspondante, téléchargez d’un autre torrent, ou supprimez complètement le fichier ou le dossier en question. La question ne se pose pas en téléchargement direct, puisque votre antivirus fera le travail automatiquement dès qu’il détectera quoi que ce soit.

Supprimer ce qui peut vous faire repérer

Et oui. Très peu de monde pense à supprimer les métadonnées lors de téléchargement. Pourtant, c’est bien, là que sont inscrites toutes les données permettant d’identifier la source d’un fichier, voire l’identité de cette source. En supprimant ces métadonnées, vous effacez les traces. De la même manière, les titres des fichiers comprennent parfois les noms des partageurs. Renommez-les, au plus simple. Moins vous laissez d’indices, plus vous êtes en sécurité.

Optimiser le flux

Le nombre de médias disponibles sur le net est tellement impressionnant que l’on a tôt fait de se retrouver boulimique. Et le PC n’avance jamais assez vite. Afin de perdre moins de temps lors de vos chargements, vous pouvez opter pour des logiciels spécifiques. Chacun sa méthode. Certains navigateurs disposent d’extensions particulières, qui favorisent le débit de chargement et permettent de mieux répartir les flux. Mais vous pouvez aussi avoir recours aux logiciels de boost voire installer une interface de contrôle à distance.

Après tout ça, vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas.

Damien Hernandez

Découverte de la programmation informatique à l’âge de 6 ans, assemblage de ses premiers ordinateurs à 13 ans, premier site internet en 1998. Le monde de l’informatique et le web ont toujours fait partie de Damien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *