Comment fonctionne le streaming ?

Comment fonctionne le streaming ?
Rate this post

De plus en plus utilisé parles internautes, le streaming déferle sur la toile. Très pratique, il permet en outre de contourner parfois certaines règles liées aux droits d’auteurs. Ce n’est toutefois pas son but premier. Mais force est de constater que son usage est des plus répandu. Alors, qu’est ce que réellement le streaming ? Comment fonctionne-t-il ? Et pourquoi est-il si avantageux ? Petit détour technique au sujet d’un outil dont nous nous servons tous, tous les jours.

Pour commencer, définissons le streaming

Streaming
En anglais, le mot ‘streaming’ peut signifier ‘flux’, ou, puisqu’il s’agit d’un participe, on le traduirait plutôt par ‘coulant’. Une vidéo que vous regardiez via un site vous proposant un streaming est donc une vidéo dont le flux de données coule jusqu’à votre écran. Dans les faits, le streaming permet le visionnage de vidéos, ou l’audition de flux sonores, sans qu’il soit nécessaire de télécharger l’intégralité du fichier en amont. Le téléchargement, quel qu’il soit, prend forcément du temps. Si le fichier est léger, pas de problème. Mais s’il est lourd, il faudra prendre son mal en patience avant de pouvoir le lire.

Tous les sites de diffusion de vidéos, comme Youtube, DailyMotion, Vimeo, mais aussi Deezer ou Spotify et autres utilisent cette technologie pour la diffusion de leurs fichiers médias. Concrètement, au lieu d’envoyer le fichier vers votre disque dur, le serveur adresse le flux vers votre mémoire vive, dite aussi mémoire tampon. Il n’y a donc pas de stockage à proprement parler. Lorsque le cache de la vidéo est considéré suffisamment important pour permettre une lecture fluide, vous pouvez lire la vidéo. Le reste du fichier continuera de se télécharger vers votre mémoire tampon au fur et à mesure de la lecture.

Qu’est ce qui fait le succès du streaming ?

Le succès du streaming est justement du à ce biais. Plus besoin de télécharger et un accès immédiat à l’information. Le temps se raccourcit sans cesse. L’immédiateté prime tous les jours dans notre monde, et le streaming est parfaitement en phase avec nos nouveaux modes de consommation. Mais il existe une autre raison au succès du streaming ; le piratage instantané. Si l’administration se concentre avant tout sur le téléchargement illégal en P2P, elle a bien du mal à faire valoir des lois comme Hadopi au streaming. Dès lors, tout est visible sur la toile, à compter du moment où un individu redistribue son flux en direct. Et aujourd’hui, tout le monde est capable de poser une vidéo sur la toile, et même un match de ligue des champions en direct…

Outre le fait que le streaming n’oblige pas à disposer de l’intégralité de la source avant de commencer la lecture, il permet donc de visionner tout ce qui est présent sur internet. Et faire la part des choses entre un contenu égal et un contenu illégal devient très compliqué. Pour preuve, on trouve sur Youtube et DailyMotion des vidéos de films complets assez récents. Il serait surprenant que ces films soient déjà libres de droit. Toutefois, vous pouvez considérer qu’à compter du moment où vous devez payer un abonnement pour avoir accès aux contenus recherchés, vous êtes dans la légalité. Tous les sites de web radios officielles, vous donnant accès à leurs podcasts, ou les sites des chaînes de télé permettant le visionnage VOD ou décalé pendant 7 jours sont également légaux.

Comment faire pour améliorer la qualité du streaming ?

Ça, c’est la grande question. Parce que l’inconvénient du streaming, c’est que le visionnage d’un film peut facilement être haché régulièrement. La faute au buffering un peu trop long. En français, la partie que vous avez vue a rattrapé la partie en cours de téléchargement. De fait, il vous faut attendre que la partie suivante se télécharge dans votre mémoire tampon pour que la lecture se poursuive normalement. Soyons honnêtes, ça peut vite devenir ch…. Le streaming dépend avant tout de la qualité de votre connexion internet. Si votre flux descendant est bon, vous risquez d’avoir moins de souci. Si votre mémoire tampon est optimisée également. Trop de streaming pourrait bloquer votre mémoire vive et ralentir considérablement vos lectures.

Pensez donc à vider le cache de vos navigateurs régulièrement, ou optez pour un VPN à chaque visionnage et choisissez la connexion qui vous garantit le meilleur débit et un Ping acceptable. Non seulement vous pourrez accéder à des streamings disponibles seulement dans d’autres pays, mais en plus, vous ne laisserez aucune trace de votre passage. Mais l’astuce gratuite à la portée de tout le monde consiste à bien paramétrer son lecteur multimédia pour qu’il permette l’accélération du buffering. L’idéal, c’est VLC, même si le Media Player de Windows permet également ce genre d’amélioration.

Streamer avec VLC ou Media Player

VLC
En effet, VLC permet la lecture en streaming. Pour faire simple, ouvrez VLC et rendez-vous sur le menu média. Ouvrez l’onglet ‘Ouvrir un flux réseau’. La fenêtre ‘Ouvrir un média’ est dorénavant ouverte. Vous remarquerez que le port par défaut est ‘1234’. Laissez-le tel que et copier l’url de la page où se trouve votre vidéo dans le champ de l’onglet ‘réseau’. Optez le plus souvent pour un protocole http, plus classique. Vous noterez une petite case, en bas à gauche de la fenêtre ‘réseau’, nommée ‘Afficher plus d’options’. Cochez-la. Et augmentez la mise en cache par défaut à 3 000 ms. Vous pouvez commencer la lecture. Les connaisseurs de VLC savent déjà que le même utilitaire vous permet même de télécharger la vidéo (grâce à la capture simultanée) pendant la lecture.

Pour les inconditionnels du M2dia Player, vous devrez aller voir les options avancées, et essayer de calibrer la vitesse de connexion la plus juste, tout en augmentant la mise en mémoire tampon (passez de 15 à 30 secondes par exemple). Mais rappelez-vous toujours que votre connexion internet et la puissance de votre terminal y sont pour beaucoup dans la qualité de lecture de votre « flux coulant ».

Damien

Damien Hernandez

Découverte de la programmation informatique à l'âge de 6 ans, assemblage de ses premiers ordinateurs à 13 ans, premier site internet en 1998. Le monde de l'informatique et le web ont toujours fait partie de Damien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *